À propos de nous

Entre Cîmes et Racines est une entreprise familiale qui offre de l’hébergement en forêt à proximité d’Eastman. À une heure de Montréal, les 12 écogîtes favorisent la détente, l’évasion et un contact privilégié avec la nature. L’offre est une invitation à décrocher, se ressourcer en toute saison sur un domaine forestier de 175 âcres (71 hectares).

Sur place, on trouve, en autres, une quinzaine de kilomètres de chemins et sentiers forestiers, un labyrinthe, 3 ruisseaux, des ponts et une chasse au trésor.

L’aventure commence ici…

Notre histoire

L’histoire de l’entreprise familiale « Entre Cîmes et Racines » commence avec le père M. Bernard Berger, originaire de St-Etienne-de-Bolton, village voisin d’Eastman.

 

Dans les années 1960, il acheta un premier terrain dans les environs d’Eastman pour y construire un chalet. Par la suite, il achète une terre en friche et commence à planifier sa mise en valeur qui passera par l’aménagement de drainages, de chemins forestiers et du reboisement.

 

À la fin des années 1980, il viendra s’établir définitivement sur sa terre. Il y construit une cabane à sucre qu’il exploite à l’échelle familiale. Bernard Berger fait de l’apiculture et poursuit sa démarche d’aménagement sylvestre avec la plantation de 65 000 arbres. Au concours provincial des producteurs forestiers de 1989 et 1990, son travail lui vaudra 2 mentions délivrées par le Ministère de l’Énergie et des Ressources du Québec. En 1992, il se verra décerner le Grand Mérite par l’ordre du mérite forestier du Québec.

 

En 1998, M. Berger décide de léguer sa terre à ses trois fils ; Michaël, René et Mario. Les trois frères souhaitent continuer d’aménager cette forêt avec une approche de développement durable. Ils s’associent pour développer leur concept d’hébergement en forêt, « une forêt pour vivre ». Ce volet écotouristique complétera leur vision du développement durable dans ce créneau.

 

En 1999, l’entreprise familiale d’hébergement en forêt « Entre Cîmes et Racines » est créée. Les premières locations (Forestier et Sucrier) commenceront à l’été 2002. Pour élaborer ces chalets sylvestres et écologiques (écogîtes), ils mettent en commun leurs créativités, leurs talents et leurs expertises ainsi que celles de leur père. Ils se fixent trois objectifs : un produit de qualité, le respect de l’écologie du milieu forestier et un style particulier pour que chaque chalet s’harmonise avec son environnement. Pour la construction, ils utilisent des matériaux de qualité et s’approvisionnent en bois sur le domaine. Ils transforment le bois jusqu’au produit fini pour la construction des écogîtes et du mobilier. Les intérieurs sont aménagés avec ce même souci de qualité afin qu’ils soient chaleureux et confortables en toute saison. À ce jour, douze écogîtes sont offerts en plus du Campanile qui regroupe les services d’administration, d’accueil ainsi les installations sanitaires.

 

Les connaissances qu’ils ont du métier de forestier les orientent à faire des coupes de bois sélectives, dites de jardinage. Tout en respectant l’écologie du milieu, cette technique permet un nettoyage de la forêt et sa régénération. Pour la construction des bâtiments, ils utilisent la technique de pilotis sur la roche mère. Cette approche minimise la perturbation de l’environnement et permet une meilleure intégration des écogîtes. La préservation de la nature autour des écogîtes favorise une plus grande intimité et fait profiter aux clients de cette magnifique forêt. C’est ce que les propriétaires souhaitent partager avec la clientèle qui vient séjourner à Entre Cîmes et Racines. Leur vision de l’architecture avec la forêt se veut créative, harmonieuse et surtout intégrée dans son environnement. Ils exploitent les différentes zones écologiques pour permettre à ceux qui y séjournent de découvrir la diversité du milieu forestier. La même vision se reflète dans l’aménagement des sentiers pédestres, qui permettent l’observation de la flore et de la faune terrestre et aviaire.

 

Entreprise pionnière en matière d’écotourisme au Québec, Entre Cîmes et Racines fut lauréat régional des Grands Prix du Tourisme Québécois en 2008, 2009, 2010 et 2012. Au niveau provincial, le travail de l’équipe d’Entre Cîmes et Racines se verra récompensé par l’Or en 2008 et 2012 ainsi que le Bronze en 2010. En 2011, l’entreprise d’hébergement « entre dans un club sélect puisqu’elle [est] nommée finaliste en vue des Grands prix du tourisme canadien […] dans la catégorie Prix du tourisme durable, décerné à un organisme pour sa contribution exceptionnelle à la pratique et la promotion du tourisme durable au Canada. »

 

Dans le futur, Michaël, René et Mario voudraient développer un autre volet : l’aspect pédagogique de l’écologie du milieu forestier. D’autres plans d’écogîtes sont aussi sur la table à dessin avec des projets différents et originaux. La réalisation de tout ce travail ne peut se concrétiser sans la participation d’une équipe exceptionnelle à tous les niveaux de l’entreprise.

 

Entre Cîmes et Racines en quelques dates :

1998 : après l’avoir mis en valeur et planté 65 000 arbres, Bernard Berger lègue sa terre de 175 acres à ses 3 fils : Michaël, René et Mario.

1999 : création de l’entreprise d’hébergement en forêt Entre Cîmes et Racines

2002 (été) : premières locations du Forestier et du Sucrier

2003 : mise en location du Montagnard et Du Ruisseau

2004 : mise en location de La Grande-Ourse

2005 : inauguration du Campanile et mise en location de La Gélinotte

2006 : mise en location du 7e Ciel

2007 : mise en location de La Coulée Douce

2008 : mise en location de La Table Ronde

2009 (déc.) : mise en location de L’Escale à Deux

2010 : construction du hangar à l’arrière du Campanile, pour la machinerie, la gestion du bois, l’atelier de mécanique et celui pour les vélos.

2011 : mise en location du Hobbit, premier habitat troglodytique en location au Québec

2014 : inauguration de La Pierre de Feu, deuxième habitat troglodytique en location au Québec

Prix et distinctions : 

  • lauréat régional des Grands Prix du tourisme Québécois en 2008, 2009, 2010 et 2012
  • lauréat national Bronze en 2010 et Or en 2008 et 2012
  • 2011 : finaliste en vue des Grands prix du tourisme canadien dans la catégorie Prix du tourisme durable